Actualités

Bourses UPIR : l’IET soutient les projets énergétiques de cinq étudiants

polytechnique_genie_droite_fr_rgbL’Institut de l’énergie Trottier (IET) ajoutera cinq bourses, pour 2016-2017, aux 100 unités de participation et d’initiation à la recherche (UPIR) traditionnellement remises à des étudiants de 1er cycle de Polytechnique Montréal.

C’est dans le cadre du volet académique de sa mission que l’IET s’est engagé, pour une première année, à accorder cinq bourses d’une valeur de 1 500 $ (l’IET octroie 1 000 $ et le directeur 500 $). Ce soutien financier sera versé à des étudiants qui s’initient à la recherche, à travers un travail scientifique non crédité, sous la direction d’un chercheur subventionné.

L’IET espère ainsi encourager les étudiants du 1er cycle à poursuivre leurs études aux deuxième et troisième cycles, en vue d’acquérir des connaissances scientifiques pointues et une compréhension systémique des enjeux technologiques, économiques et sociaux propres au domaine de l’énergie.

>Département de génie chimique

David Leroux
Conception et construction d’une unité de biométhanisation à petite échelle en milieu agricole
Ce projet s’inscrit dans le cadre des activités de la Chaire de recherche sur la valorisation des matières résiduelles (CRVMR).
Directeur de projet : Robert Legros

La biométhanisation est une technologie réalisable à différentes échelles, mais à petites échelles les rendements de celle-ci sont souvent inconnus. En effet, plusieurs personnes installent de petites usines de biométhanisation faites maison, de type Do it yourself (DIY) sur leur terrain. Souvent, ces dernières sont ravies des résultats de cette technologie et souhaitent la partager.  En se basant sur des concepts déjà étudiés, le but de ce projet est de concevoir en milieu agricole une unité de biométhanisation DIY, adaptée aux conditions climatiques québécoises. De plus, ce projet sera l’occasion de chiffrer les rendements de cette unité et de produire un guide pour ce type d’installation.

Mintou Ndiaye
Évaluation du potentiel d’approvisionnement en biomasse forestière au Québec pour utilisation en analyse du cycle de vie conséquentielle
Ce projet s’inscrit dans le cadre de l’analyse économique et environnementale des biocarburants de nouvelle génération au Canada (BioFuelNet).
Directrice de projet : Annie Levasseur

La biomasse forestière est de plus en plus utilisée au Québec et dans le reste du monde, pour la production de bioénergie et de bioproduits dans un contexte de lutte contre les changements climatiques et d’épuisement des ressources fossiles. De nouveaux procédés de bioraffinage et de nouvelles technologies de transformation de la biomasse forestière se développent. L’analyse du cycle de vie (AVC), une méthodologie permettant d’évaluer et de comparer les impacts environnementaux de différents produits remplissant la même fonction est utilisée pour établir le profil des produits issus de la biomasse et s’assurer qu’ils entraînent une diminution d’impact par rapport aux produits à base de combustible fossile qu’ils remplacent. Elle peut aussi être utilisée afin d’évaluer les conséquences environnementales d’un changement ou d’une décision.

L’objectif de ce projet est d’évaluer le potentiel d’approvisionnement en biomasse forestière au Québec, de réaliser une cartographie des différents utilisateurs et de la ressource ainsi que de développer des scénarios d’approvisionnements en biomasse forestière pour utilisation en analyse de cycle de vie conséquentielle.

Pénélope Renaud-Blondeau
Évaluation des impacts environnementaux et économiques de la production d’éthanol à partir de biomasse cellulosique au Canada
Ce projet s’inscrit dans le cadre de l’analyse économique et environnementale des biocarburants de nouvelle génération au Canada (BioFuelNet).
Directrice de projet : Annie Levasseur

La production de biocarburants de nouvelle génération, souvent provenant de biomasse non alimentaire et cultivée sur des terres marginales, est en hausse partout dans le monde afin de lutter contre les changements climatiques et l’épuisement des ressources fossiles. L’évaluation des impacts environnementaux et économiques de ces biocarburants est donc essentielle afin de mesurer leur potentiel de pénétration sur le marché. L’analyse du cycle de vie (ACV) et des modèles technico-économiques d’optimisation du secteur énergétique sont deux méthodologies permettant une telle évaluation.

L’objectif de ce projet est de définir les systèmes pour l’éthanol lignocellulosique à base de saule, de peuplier, de panic érigé et de miscanthus et de développer les données nécessaires à la modélisation technico-économique et à l’analyse du cycle de vie.

Sami Chaouki
Microwave-Assisted Catalytic Reaction Optimization
Project Director : Jamal Chaouki
Application of catalysts in chemical processes promotes the reaction rate considerably by decreasing the activation energy of the reactants. Moreover, catalytic reactions stipulate higher selectivity and yield of desired products, maintained by overriding the reaction path and mechanism with lower energy barrier. Consequently catalytic reactions account for more than 90 % of the worldwide chemical manufacturing processes. However, catalytic reactions in some cases unintentionally facilitate the formation of undesired components simultaneously. For instance in partial oxidation of methane, undesired gas phased reactions, reduces the yield of syngas production by converting CO and H2 into H2O, CO2 and solid carbon byproducts. Implementing catalytic reactions with novel heating methods, namely microwave heating, provides new opportunities for material processing and chemical reactions.

The objective of the present study is to produce a catalyst system (support+catalyst) with high microwave intractability to promotote catalytic gas phase reactions while simultaneously restrics undesired secondary reactions.

>Département de génie mécanique

Louis-Philippe Mathurin
Amélioration des algorithmes d’interprétation des données météorologiques dans les logiciels de simulation énergétique des bâtiments
Directeur de projet : Michaël Kummert

Les logiciels de simulation énergétique des bâtiments sont utilisés pour optimiser la conception des bâtiments et les rendre plus efficaces. Ils sont également utilisés pour comparer les performances d’un bâtiment proposé avec un cas de référence dans le cadre des codes énergétiques et des certifications telles que LEED. Ces dernières années, les améliorations de ces logiciels ont surtout concerné les interfaces graphiques et la prise en compte des nouveaux types de systèmes de chauffage et climatisation. Les méthodes de traitement des données météorologiques n’ont pas fait l’objet d’améliorations, bien que des publications récentes mettent en lumière des problèmes de cohérence, qui sont rendus plus significatifs par la tendance vers une diminution des pas de temps utilisés et par l’importance du refroidissement nocturne dans un contexte de changements climatiques.

11/10/2016