Actualités

Étude sur le microtransit : un mode de transport collectif flexible

Le microtransit, nouvelle forme de transport collectif, flexible et à petite échelle, dévoile ses multiples visages ainsi que le potentiel qu’il recèle, dans une analyse commandée par la Coop Carbone et le Toronto Atmospheric Fund, avec le soutien de l’Institut de l’énergie Trottier et de l’Agence métropolitaine de transport.

Les acteurs impliqués dans l'étude

Les acteurs impliqués dans l’étude

Rendue publique le 20 septembre dernier, l’étude réalisée par MaRS Discovery District (en collaboration avec la Chaire de recherche en mobilité de l’École Polytechnique de Montréal et l’Université de Toronto) présente le microtransit comme une solution de transport dont la souplesse se manifeste par une écoute active à l’égard des usagers, autant que des non-usagers du transport collectif.

Le transport des personnes en mutation
Le secteur des transports entre dans une phase d’innovation importante, portée par les évolutions technologiques et les changements de comportement des utilisateurs. De nouveaux modèles de transport de personnes émergent continuellement et, parmi ceux-ci, voilà que le microtransit s’illustre comme une réponse intéressante aux enjeux collectifs que pose le secteur des transports.

Si implanté à Montréal et Toronto tel que projeté dans l’étude, le microtransit pourrait aider ces deux régions métropolitaines à honorer leur engagement de réduire de 30 % leurs émissions de gaz à effet de serre d’ici 2020, par rapport au niveau de 1990. Par ailleurs, d’autres retombées sociétales sont susceptibles d’être enregistrées, tels qu’une réduction de la congestion automobile et du bruit, ainsi qu’une meilleure qualité de l’air et un meilleur accès à la mobilité pour tous.

Répondre à quels besoins ?
Concrètement, les déplacements quotidiens pourraient, dans un avenir rapproché, s’effectuer dans une navette partagée répondant à la fois à nos horaires atypiques et à nos besoins particuliers. Parmi les cas d’utilisation potentiels identifiés dans l’étude, les systèmes élaborés favoriseraient un meilleur accès aux trains de banlieue, aux écoles, aux centres-villes, aux pôles commerciaux des banlieues et aux lieux de travail.  Ceci, en desservant les zones à faible densité autant que les zones à densité moyenne dans les périodes hors pointe, de même que les corridors de transport collectif en surcapacité, les aéroports ou les grands événements.

Une solution flexible
En complémentarité au transport collectif urbain déjà implanté, le microtransit constitue une solution additionnelle, pouvant se présenter sous plusieurs formes. Sa particularité réside dans sa souplesse, puisque ce modèle a l’avantage d’écouter ses clientèles, de s’adapter aux comportements et aux attentes des usagers, de prendre en compte les envies des non-usagers et de s’adapter à la taille de son bassin.

Ainsi, qu’elle soit publique ou privée, une offre de transport en microtransit façonnerait des trajets et adapterait les fréquences de passage en fonction des demandes individuelles, aussi bien qu’aux besoins de masse. De même, si les passagers ne sont pas assez nombreux, des véhicules plus petits seraient privilégiés.

Si les traits que peut prendre le microtransit sont multiples, un facteur-clé sera nécessairement présent dans toutes les propositions : les technologies de l’information. Celles-ci se révèlent essentielles lors de la collecte et de l’analyse des renseignements recueillis auprès des passagers. Les nouvelles technologies assurent ainsi un service dynamique, s’adaptant aux besoins changeant de l’utilisateur.

Enfin, pour viser un déploiement heureux de ce type de services, l’étude qu’a financée en partie l’Institut de l’énergie Trottier met en relief les facteurs à considérer pour réussir l’opération. À ce chapitre,  la volonté des consommateurs de partager leur voyage, le niveau d’engagement des organismes de transport, le contexte réglementaire pour les nouveaux modes de prestations privées et le schéma d’intégration des services font partie des conditions de succès.

Bref, le microtransit apparaît comme un levier au bien-être collectif, dont le concept est appelé à se définir et à se préciser, à travers des possibilités infinies.

Téléchargez :

» Rapport complet en anglais (incluant sommaire en français)

22/09/2016

ONE COMMENT ON THIS POST To “Étude sur le microtransit : un mode de transport collectif flexible”